Vision 2018-2028 de la ville de Québec pour la gestion des matières résiduelles: une ambition tardive

25696450127_18c6d7b2a6_h

Québec, le 15 mai 2018 –  Le Mouvement pour une Ville zéro déchet réagit de façon mitigée à la Vision 2018-2028 pour une saine gestion des matières résiduelles, dévoilée le 15 mai par la Ville de Québec pour la mise en œuvre de son récent Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles (PMGMR). Le Mouvement salue la présence de nombreuses mesures intéressantes, mais s’inquiète de l’insuffisance de mécanismes de suivi assurant une réelle atteinte de ces objectifs, à la lumière du peu de résultats obtenus par la Ville dans la mise en œuvre de son PGMR de 2004. Le regroupement déplore que plusieurs mesures prévues dans la Vision 2018-2028 étaient déjà prévues dans le plan d’action du PGMR précédent, mais n’aient jamais atteint leur plein potentiel.

Le passé garant de l’avenir?

« Le Mouvement salue l’objectif de 82% de redirection des matières résiduelles, mais encore faut-il réussir à l’atteindre », nuance Mathieu Goulet, un des porte-parole du Mouvement. « Nous sommes déjà en retard d’au moins 10 ans sur nos ambitions en réduction des matières résiduelles, on ne peut pas se permettre d’échouer ». Parmi les bonnes nouvelles, le Mouvement souligne l’effort pour mieux gérer les matières putrescibles, notamment en luttant contre le gaspillage alimentaire; le retour du financement municipal au compostage domestique et communautaire, coupé depuis de nombreuses années; l’ensemble des mesures d’information, de sensibilisation et d’éducation (ISÉ); l’arrivée d’un nouvel écocentre dédié aux institutions, commerces et industries ainsi que l’établissement de deux nouveaux écocentres citoyens, un mobile et l’autre fixe.

Cependant, le Mouvement, qualifie de réchauffées plusieurs de ces mesures. « Déjà en 2005 la Ville nous disait qu’elle voulait être exemplaire dans ses propres bureaux, financer le compostage domestique et communautaire et prévoyait 5$ par porte dans l’information et la sensibilisation, pour ne nommer que ces exemples » atténuent Véronique Laflamme, une autre membre du Mouvement. « À cet égard, il ne faut pas que le passé soit garant de l’avenir » s’inquiète-t-elle en soulignant la faiblesse de la reddition de compte. « Cela est nécessaire si on veut éviter que le même scénario ne se répète », conclut-elle. De plus, le Mouvement souhaite que le suivi soit effectué par un organisme qui a une indépendance par rapport à la Ville.

Déception concernant l’incinérateur

Selon le Mouvement, l’incinérateur est l’éléphant dans la pièce du plan de la Ville. Vision 2018-2028 prévoit une campagne de mesure de la performance de l’incinérateur ainsi que l’ajout de brûleurs et de distributeurs de charbon. Cependant, alors que celui-ci continue de dégager des émanations toxiques malgré les sommes englouties dans sa modernisation, la Ville ne prévoit pas de fermeture, même graduelle des fours, telle que prévu au PGMR 2005-2011. « La qualité de l’air et la santé publique sont totalement absentes du discours» déplore Jean-Yves Desgagnés, autre porte-parole du Mouvement. Celui-ci décrie que la Ville laisse croire que la fermeture de fours se traduirait nécessairement par une augmentation du recours à l’enfouissement. « Si on réduit réellement la quantité de déchets produits et qu’on réussit comme on le souhaite à valoriser les matières en réduisant à la source, en recyclant et réutilisant, nous n’aurons besoin ni de l’incinération, ni de l’enfouissement, il y aura simplement moins de déchets » explique Jean-Yves Desgagnés. Les membres du collectif de citoyennes et de citoyens à la base du Mouvement réitèrent leur opposition à la valorisation énergétique, invoquée pour maintenir l’incinérateur en fonction, qui constitue selon eux un coûteux gaspillage de ressources valorisables.

Le Mouvement pour une Ville Zéro Déchet, formé il y a quelques mois à l’initiative d’un collectif de citoyennes et de citoyens, poursuivra ses activités, notamment pour s’assurer du suivi des objectifs de la ville et lui demander de faire davantage. Il obtient l’appui d’une vingtaine d’organisations et de 800 citoyen.ne.s qui ont signé sa déclaration. Il a d’ailleurs rassemblé une soixantaine de personnes le 22 avril pour le Jour de la Terre. Pour en connaitre davantage sur ce Mouvement, où joindre celui-ci, la population est invitée à consulter son site internet à https://villezerodechet.org/ ou son compte Facebook à https://www.facebook.com/VilleZeroDechet/.

-30-

Pour informations et demandes d’entrevue :

Jean-Yves Desgagnés : 418 262-0387

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s